Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Pôle psychopédagogique - Services pour handicapés
Pôle psychopédagogique - Services pour handicapés
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Services pour handicapés à Saint Maximin
Services pour handicapés à Saint Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Services pour handicapés à Saint Maximin
Services pour handicapés à Saint Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Alternative à l'orientation - Services pour handicapés
Alternative à l'orientation - Services pour handicapés
Services pour handicapés à Saint Maximin
Services pour handicapés à Saint Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin
Structure médico-social à St Maximin

Une façon singulière de penser la
relation d'aide pour les enfants

Depuis 1934 à ce jour, L'ASSOCIATION développe trois fondamentaux "Eduquer", "Soigner", "Enseigner".

En alliance thérapeutique avec les parents, l'ITEP accueille les jeunes élèves présentant des difficultés psychologiques dont l'intensité des troubles du comportement perturbe gravement la socialisation et l'accès aux apprentissages. Sous le contrôle de l'ARS (Agence Régionale de Santé) de Picardie, les frais sont financés par l'Assurance Maladie. Nous proposons un accompagnement à domicile par le biais du SESSAD, un Service de Suite ainsi qu'une prise en charge à l'ITEP adapté aux jeunes qui dispose d'un internat, un semi-internat, un externat, un Service Social, un service médical, paramédical, psychologique et un collège.

L'association Saint Maximin créée en Août 1949 a aujourd'hui 60 ans. Il s'agit d'une petite association, qui ne souhaite pas s'agrandir, mais simplement rester fidèle à l'esprit de sa fondatrice, Solange Cassel. C'est en 1934 que le Collège d'Annel, devenu bien plus tard l'Institut Solange CASSEL, a été fondé par le Docteur Préault psychiatre, et son épouse Madame Solange Cassel. Ce collège fonctionnait en internat complet pour garçons, entièrement privé à la seule charge des familles.

L'objectif de l'association est de permettre à des enfants intelligents mais dont les troubles du comportement empêchent toute réussite scolaire, de réintégrer le milieu scolaire normal, et de retrouver leur place dans leur famille et dans la société.

Il n'est pas question ici de retracer l'historique complet de l'association, cependant il est difficile de comprendre l'actuelle association si on ne reprend pas quelques éléments de son histoire.

En effet à cette époque, il n'était pas fréquent de s'occuper d'enfants en difficulté et qui plus est, d'essayer de mettre en place des pédagogies nouvelles, souvent inspirées des éclaireurs de France. La guerre obligea Solange Cassel à quitter Annel avec les enfants qui lui étaient confiés. En 1946, elle achète le château de Saint Maximin, elle y installe le collège qui devint collège Saint Maximin.
Toujours un établissement privé, la manière de travailler évolue. En effet, si à sa fondation il y avait plus de personnel de bonne volonté, dès 1945, Solange Cassel s'entoure des meilleurs psychiatres de l'époque: le Docteur Jenny Aubry-Roudinesco entre autres ainsi que le Docteur Françoise Dolto en tant que conseillère technique et le Docteur Geber, pédopsychiatre, chargée de mission à l'UNESCO.
Quand à l'enseignement, le collège Saint Maximin de cette époque bénéficie d'un régime très particulier: comme l'Ecole Alsacienne et le collège Sévigné à Paris, il figure dans l'annuaire des établissements publics du Ministère de l'Éducation Nationale comme établissement reconnu par l'Etat. Les professeurs appartiennent à l'enseignement public et sont gérés par l'Inspection Académique et le Rectorat.

La vie à l'internat est réglée par diverses activités: beaucoup d'activités sportives, de sorties culturelles, d'activités artistiques, théâtrales. Tout ce qui permettait aux enfants de s'enrichir et de s'intéresser ou réintéresser à diverses matières et pour certains de se réaliser. A cette époque l'internat fonctionnait toute l'année, les enfants ne retournant dans leur famille qu'aux vacances de Noël, de Pâques et six semaines l'été. En effet la séparation quasi complète d'avec les parents a été considérée longtemps comme un élément très important de la thérapeutique. Cependant Solange Cassel a mis en place la possibilité pour les enfants de bénéficier de psychothérapies alors que la psychothérapie était peu pratiquée.

En Août 1949, l'association est créée et devient propriétaire de l'établissement. Solange Cassel en assurera la présidence ainsi que la direction de l'établissement jusqu'en 1970. L'association a été créée pour des raisons juridiques et financières permettant l'agrément par la sécurité sociale et l'accueil des enfants de tous milieux sociaux. Les statuts ont été élaborés avec soin: les administrateurs voulaient en effet des statuts assez précis mais non contraignants afin que l'association puisse évoluer tout en restant fidèle à l'esprit de départ.

En 1969, le statut scolaire de l' Institut a été transformé avec la loi Debré et l'association signe un contrat d'association avec l'Éducation Nationale.

En 1971, l'internat devient internat de semaine: d'internat classique avec dortoirs, l'établissement fonctionne alors en petits groupes avec des éducateurs référents. Les thérapies individuelles sont maintenues et parallèlement le travail thérapeutique avec les familles est mis en place, car il est devenu un point essentiel pour que le jeune puisse retourner dans sa famille sans y retrouver ou recréer les mêmes problèmes.

En 1990, le pôle médico-pédagogique se renforce par le recrutement de psychologues, psychiatres et rééducateurs.

En 1993, le semi internat spécialisé est créé pour 10 jeunes : son fonctionnement et ses effectifs évolueront au cours des années, l'internat étant de plus en plus délaissé.

Enfin en 2004, Le SESSAD voit le jour. Agréé pour 20 places ce service propose une alternative à l'orientation en établissement spécialisé en soutenant les jeunes accueillis dans leur milieu de vie scolaire et familial habituel.
Actuellement,

Le travail auprès des jeunes a beaucoup évolué: beaucoup plus de souplesse dans leur prise en charge, souplesse qui amène à un travail individualisé. Par exemple, coupure dans la semaine, avec un retour en famille pour une nuit ou plus pour un jeune ne supportant pas l'internat,qui devient progressivement un internat séquentiel.

La thérapeutique auprès des enfants a également évolué: la psychothérapie individuelle se pratique peu, par contre toutes les activités sont discutées en réunions regroupant les professionnels concernés et avec l'aval du psychologue référent, avant d'être proposées à un jeune. Toute activité est réfléchie en lien avec ses effets thérapeutiques. Elles font l'objet d'une indication selon les troubles de l'enfant. Le travail thérapeutique avec les familles demeure un point fort. Les rencontres avec les familles sont animées par un psychologue et un éducateur référents.


Fidèle à sa tradition, l'association reste à l'écoute des besoins du département et ne peut que s'impliquer et s'inscrire pleinement dans les orientations demandées en référence aussi à son histoire.
L'association restera loyale à ce qui est demandé, d'autant plus facilement qu'elle adhère au nouveau mode de prise en charge proposé. Elle reste donc partie prenante du CPOM. Si à ses débuts le collège Saint Maximin a su être créatif, aujourd'hui le personnel, de mieux en mieux formé, fait toujours preuve d'imagination dans la recherche permanente d'activités innovantes. L'association favorise la formation du personnel pour le développement des compétences. Ainsi, l'association tout en restant fidèle à l'esprit de ses fondateurs continuera à rester au plus près des besoins des enfants, tout en s'inscrivant dans le mouvement général du développement social.


Projet d'établissement
L'association gère un établissement ITEP et un service S.E.S.S.A.D. correspondant au besoins et attentes de la population accueillie

Le regard nouveau que la société tend à porter sur le handicap nous a amené à modifier nos représentations des troubles de la conduite et du comportement des enfants et adolescents que nous accueillons. Notre traditionnelle approche rééducative de ces troubles, préalable à une réinsertion en milieu ordinaire, a ainsi progressivement évolué vers une démarche d'accompagnement visant à compenser, autant que faire se peut, les limitations d'activités et les restrictions de participation, notamment à la vie sociale et scolaire, subies par ces jeunes du fait des difficultés psychologiques dont témoigne l'intensité de leurs troubles, et ce malgré des potentialités intellectuelles et cognitives préservées.
Notre analyse converge avec les attentes des jeunes et de leurs familles dont le projet de vie s'inscrit résolument dans le désir de poursuivre une vie la plus «normale» possible.

Nos objectifs
Il est nécessaire de favoriser et soutenir le maintien des enfants et adolescents dans leur milieu de vie, familial et scolaire, habituel. 
Pour ce faire, il convient de diversifier nos modes d'accueil en développant l'accompagnement ambulatoire (SESSAD), le semi-internat, l'internat séquentiel, la scolarisation en milieu ordinaire, à temps complet ou à temps partagé, tout en continuant à proposer une scolarisation au sein de l'ITEP et un accueil en internat à ceux qui en ont besoin.

Nos moyens :
Outre l'articulation de nos objectifs de territorialisation avec ceux des autres ITEP du département et le renforcement de nos partenariats avec le secteur sanitaire, le secteur social, le secteur judiciaire et celui de l'Éducation Nationale, la réalisation de nos objectifs nécessite un redéploiement des moyens existants de l'ITEP (réduction de 54 à 38 places d'internat dont 3 places ouvertes en réponse à des «situations de crise») vers le développement du semi internat (de 10 à 28 places), du SESSAD (de 23 à 40 places).
L'adaptation, en terme d'organisation, de fonctionnement et de formation, de la structure scolaire de l'ITEP et de ses personnels constitue également l'un des moyens que nous nous donnons pour continuer à favoriser l'intégration scolaire en milieu ordinaire, complète ou à temps partagé, tout en continuant de proposer une scolarisation spécialisée au sein de l'ITEP ainsi qu'un accompagnement personnalisé à ceux dont les troubles ne permettent qu'une scolarisation très fragile.

La formation du personnel ou son maintien a des connaissances permettent un travail de qualité est un bon moyen dans la prise en charge des jeunes que l'on accueil.